> L’actu > Culture |

C?est une garde-robe éclectique qu?ont proposée les couturiers milanais en cette cinquième journée de Fashion Week avec des collections de prêt-à-porter pour l?hiver prochain adaptées au caractère de chaque femme : exubérante chez Dolce & Gabbana, discrète chez Salvatore Ferragamo.
Comme pour l?homme en janvier, pour leur collection féminine, Domenico Dolce et Stefano Gabbana ont convié à nouveau sur le podium le peuple des Millennials, ces stars du Web et autre “fils de” suivis par des milliers de fans sur la Toile. Mais cette fois l?invitation a été élargie aux frères, soeurs, parents, progéniture et autres fiancées? Bref, à la grande famille virtuelle et globale de Dolce & Gabbana, de l?Europe à la Chine en passant par les Etats-Unis, comme en témoignait du reste le carton d?invitation du défilé représentant le cosmos.
C?est la top-modèle américaine Amanda Harvey, qui a ainsi ouvert le show au bras de son mari Jason avec leurs deux bambins Noah et Rose revêtus à l?unisson de tenues aux motifs animaliers, accompagnés par le jeune crooner Austin Mahone, chantant en live sur le podium. Plus loin, on remarquait la chanteuse américaine Madison Beer dans un manteau couvert de fleurs en tissu pour un effet 3D, ou le mannequin star Lucky Blue Smith, très classe dans son smoking, tenant par la main sa dulcinée Stormi Bree.
Rien n?est trop beau, riche ou brillant pour la femme Dolce & Gabbana, qui joue les princesses avec des diadèmes-couronnes et des vêtements ultra décorés. Paillettes, strass, pierreries, broderies, fils dorés ornent robes et manteaux, tandis que les costumes sont taillés dans des tissus damassés ou en brocart.
L?imprimé fauve notamment est très présent dans cette collection opulente, à travers des fourrures léopard, motif que l?

Retrouvez l' article original dans son intégralité sur www.leparisien.fr